Archives du blog

Soirée jeux de juillet (2)

Hier soir, raid dans l’ouest parisien pour profiter des largesses de Monsieur A. avec Monsieur N. La femme de Monsieur A. a eu la gentillesse de nous accueillir avec une quiche maison : il faut avouer qu’à côté notre pizza surgelée faisait un peu désordre :-).

Comme nous n’étions que trois, nous avons débuté la soirée sur une Guerre des moutons, où Monsieur A. nous a mis une volée (enfin, surtout à moi). De dépit, j’ai tout donné à Rattus, auquel nous n’avions pas joué depuis bien longtemps. Ce fut la double tuerie, car non  content de gagner une première fois (à un de mes jeux, en plus), je remis le couvert en enfonçant le clou (du cercueil, car Vlad était dispo… Oui, je sais, top blague!)  une deuxième fois.

Tentant de rétablir sa suprématie, Monsieur A. ressortait alors la Guerre des moutons. Mal lui en prit, car une fois encore, les moutons roses (i.e. les miens) l’emportèrent.

Cela faisait longtemps qu’un plan ne s’était pas déroulé sans accrocs comme ça, à voir s’il en sera de même la semaine prochaine car Monsieur N. et moi nous affronterons seul à seul. Au programme, sans doute du Steam Torpedo, et peut-être aussi du Twilight struggle car Monsieur N. m’en parle depuis longtemps. Pour le Res Publica Romana qu’il a agité devant nos nez l’autre jour, par contre, il faudra attendre d’être plus nombreux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Soirée jeux d’octobre

Bref post sur la traditionnelle soirée jeux du lundi. Mr. A me rejoint pour faire les courses, puis nous nous rendons chez Mr. N. Nous y retrouvons Mr. L, et pour une fois Mr. N arrive pile à l’heure, ce qui nous évite de jouer les punks à chien sans le chien en éclusant des bières et en parlant fort dans son entrée ;-). Nous ne serons que quatre, Mr. PM s’étant lamentablement débiné, et je ne parle même pas des autres!

Après nous être sustentés et avoir parlé de l’actualité brûlante, nous jouons une partie de Rattus. Je me fais lamentablement plier, c’est une honte! Nous poursuivons par une partie de Roll through the ages en « late bronze age ». Cette fois, j’écrase l’opposition par la grandeur de ma civilisation, c’est beau, je suis fier de moi, les convives me jettent des fleurs et baisent mes pieds augustes (illustration non contractuelle : la joie de ne pas avoir perdu à un de mes jeux, pour une fois, doit me faire perdre la tête).

Comme nous avons beaucoup discuté au lieu de jouer, il est déjà l’heure de se rentrer et de prévoir le doodle pour la prochaine fois.

Dans un tout autre registre, j’ai aussi terminé de peindre mon dreadnought et mon ika pour Dystopian Wars. Dès qu’ils seront vernis, une photo, et je pourrai enfin me mettre à mes pirates de Ron & Bones. Il ne faudra d’ailleurs pas que je traîne, car le fruit de mes craquages récents ne devrait pas tarder non plus (j’ai aussi récupéré ma boîte de Gosu – Kamakor mais je n’ai pas encore épluché les nouvelles cartes).

Soirée jeux d’août, dernière.

Dernière soirée jeux du mois hier soir. Nous nous sommes retrouvés chez M.PM, mais nous n’étions que trois avec M.L., ce qui ressemble plus à nos habitudes de présence |-|…
En attendant l’arrivée de M.L, M.PM et moi jouons à deux à Rattus (personnages standard). Pour sa première partie, M.PM me bat, de justesse certes, mais c’est quand même un peu la honte. Heureusement, je rattrape le coup sur la deuxième avec M.L en écrasant mes petits camarades (bien aidé par le pouvoir de Vlad car nous jouions uniquement avec les personnages de l’extension et bonus). Fait assez exceptionnel : les deux parties se sont terminées par manque de cubes de population à poser.
Nous poursuivons par deux parties de Roll through the ages en version Late bronze age. Je gagne la première, mais M.PM nous écrase largement sur la deuxième. Notre conclusion est que même si nous n’avons guère commercé et que les interactions entre joueurs restent limitées, cette version « évoluée » est bien plus agréable à jouer car elle donne le temps d’élaborer une petite stratégie au lieu de finir bien trop vite comme en version normale.
Nous finissons la soirée sur deux parties de Timeline. Je gagne les deux mais c’est un peu un hasard. Il y a tellement de cartes qu’il est difficile de se rappeler de quoi que ce soit d’une partie à l’autre. Ce petit jeu nous amuse toujours autant, et d’ailleurs M.PM en profite pour me l’emprunter, dans l’idée de prosélyter un peu auprès de non-joueurs.
Vivement la prochaine!