Archives du blog

Paperhammer – Land speeder

Pour mes aventures suivantes dans le monde de Paperhammer, j’ai décidé de fabriquer des land speeders Space Marine. J’ai donc récupéré un kit de Patoroch, ai repris les couleurs pour que cela corresponde à peu près à celles de mon futur chapitre et après un coup d’imprimante j’avais ça :

Imprimé sur du papier cartonné lambda, genre couverture

Lire la suite

Publicités

Avancées du dimanche

Comme j’étais en célibataire ce week-end, ce dimanche j’ai fait mon ermite et j’ai continué à bosser mes figs.

Dans le désordre, j’ai notamment avancé un peu dans la peinture de mes décors Spartan Games pour Dystopian Wars, à commencer par les quais d’Uncharted Seas qui sont presque terminés (il ne manque plus que le sémaphore).

Quais

Lire la suite

Paperhammer – Drop Pod

Ayant enfin décidé de me monter une 2e armée de Warhammer 40k, la première étant de tyranides, j’ai opté pour les ultra-classiques Space Marines. J’étais autant voire plus attiré par la Garde Impériale, mais d’une part on a besoin de moins de figs (et donc aussi moins à peindre) et d’autres part les Space Marines sont tellement répandus qu’on peut facilement en trouver d’occasion pour des tarifs plus raisonnables. Les boîtes de base de chaque édition en comportent toujours également, ce qui peut faire une bonne base de départ pour une armée. En procédant ainsi je vais par contre manquer de blindés et de véhicules ou le coût va grimper rapidement, et atrocement.

Comme 40k n’est pas mon jeu principal, même si c’est sans doute celui auquel je joue depuis le plus longtemps (v2), je ne compte pas jouer très régulièrement et encore moins en tournoi : je veux essayer des compos en m’amusant, pas spécialement optimiser une liste à mort. Je pourrais donc jouer avec des « count as », mais c’est quand même très moche sur une table de jeu. Je pensais donc m’orienter sur la solution utilisée par GW dans la boîte de la V2 où le dread ork était une bête silhouette en carton 2D, une solution que j’utilisais déjà avec mes tyranides quand je joue avec Monsieur J. En fouinant sur le net pour trouver quelques visuels, j’ai néanmoins retrouvé beaucoup mieux : le monde du « paperhammer ». Lire la suite