Archives du blog

Mini week-end jeux chez Monsieur J. – partie 1

Retour chez Monsieur J. pour une nouvelle session jeu ultra-dense. Cette fois nous ne disposons même pas de 24h de jeux, et nous avons donc décidé de faire l’impasse sur Dystopian Wars, malheureusement.

Après un excellent déjeuner, grâce à Madame C. comme d’habitude, il est temps de nous replonger dans notre 2e campagne de Descent, effectuée cette fois en Mer de sang. Nous sommes en fin de niveau bronze, et mon équipe de 4 bras cassés a décidément encore plus de mal que l’équipe de la campagne précédente à ce niveau. J’avais pris des volées les dernières fois, et malheureusement, on ne peut pas dire que ça va beaucoup mieux se passer cette fois-ci.

Comme au début de la campagne précédente, mes héros ne disposent ni d’un équipement digne de ce nom, ni de compétences de la mort, d’autant plus que certaines de celles à combo de l’autre campagne ne sont plus disponibles. Les monstres du MJ, par contre, ont déjà bien évolué (beaucoup sont déjà au niveau argent) quand je n’ai que 4 dés noirs pour chacun des héros, et en plus je croule déjà sous les mali de villes et de déplacements.

Je décide de commencer cette nouvelle journée par une attaque de lieutenant (La Sirène). Bien mal m’en prend quand je tire en lieu du combat « Les falaises de la folie ».

 Pour résumer, après avoir cru à une chance de m’en tirer en entoilant momentanément la Sirène pour la massacrer au canon grâce à ma seule bonne arme (serres de faucon), mon navire se fait couler par les canons de Monsieur J. et c’est retour au bercail sans empocher les 20 000 francs.

Comme je suis un peu vert, nous décidons de faire une pause et de nous lancer dans un jeu où j’ai toujours le dessus : Gosu (je plaisante, c’est mon jeu et j’y suis presque toujours minable). Histoire de corser un peu les choses, nous étrennons mon Kamakor et ne jouons qu’avec les 100 nouvelles cartes sans mélanger avec la boîte de base. Nous découvrons donc tous les nouveaux clans et pouvoirs, ce qui nous ralentit un peu dans le jeu, et ne nous permettra d’avoir des idées de combos qu’au fil de la partie.

Le premier round démarre plutôt bien par une vîctoire pour moi. Comme d’habitude, ça commence à se corser ensuite, et je perd les 2 rounds suivants.

J’arrive à remonter un peu la pente en fin de 3e round, en mettant en place un moteur de combo qui tourne pas mal avec les dragoons, gagne un 2e point de victoire, mais finalement m’incline 3 à 2.

Le jeu est toujours aussi plaisant, et les nouvelles cartes amènent une rotation plus importante du deck : ça tourne vite et c’est un poil plus bourrin qu’avec les clans d’origine. Enfin, ce n’est qu’une première plongée, on verra ce que ça donne après quelques parties de plus.

Publicités

Week-end jeux chez Monsieur J. – partie 1

Encore une fois Monsieur J. et Madame C. ont la gentillesse de m’accueillir chez eux pour une grosse session jeux sur le week-end. Au programme du week-end, du Dystopian Wars pour avancer dans ma campagne perso, du Gosu, du Civilization, de l’Eclipse, du Steam Torpedo, et une guest star surprise…

Après dîner vendredi soir, nous nous lançons directement dans le scénario 5 de ma campagne de Dystopian Wars. C’est un scénario en 600 pts terrestre (et aérien) pour nous permettre de découvrir cet aspect du jeu. Comme j’avais gagné le scénario précédent, je suis censé être avantagé par le scénario mais comme la suite le montrera, il faudra ajuster un peu (on trouve les excuses qu’on peut… ;-)).

Monsieur J. dispose donc de 400 points de forces terrestres et aériennes et de 200 points de bâtiments défensifs du Kingdom of Britannia (KoB), et je dispose de 600 pts d’Empire of the Blazing Sun (EotBS). Premières erreurs de ma part et bon choix de Monsieur J. : je prends mes gyros qui avaient montré une bonne efficacité la dernière fois alors que Monsieur J. pense à prendre des tourelles AA. Ces tourelles sont très résistantes et vont complètement pourrir mon aviation alors que j’aurai du mal à m’en débarrasser (je n’en détruirai d’ailleurs qu’une). Voulant tester mes bombardes, j’en prends un groupe, mais quand on est attaquant, ça ne sert pas à grand chose, et j’aurais bien mieux fait de prendre des tanks en plus pour moins cher!

La partie commence plutôt bien pour moi au premier tour. Je m’avance en causant quelques dégâts, mon heavy walker est plutôt efficace et Monsieur J. a moins de succès. Au deuxième tour, ça commence à tourner à l’aigre : je fais des choix tactiques discutables et les dés ne sont de plus pas trop avec moi. J’endommage le landship de Monsieur J., mais son bouclier gardien me casse vraiment les pieds. De son côté il a un peu plus de succès, mais ça va encore.

Au troisième tour, la cata se rapproche à grande vitesse. Je suis gêné par le champs de mines, mes jets de dés sont minables, et Monsieur J. effectue une percée très efficace de ses petits tanks qui éliminent mes bombardes sans coup férir. Ses chasseurs me causent de gros soucis, et mes forces s’amenuisent.

Au quatrième tour, tout est joué. Je vivote le temps de casser deux-trois bricoles, puis finis de me faire table raser. Énorme dérouillée : je dois marquer 250 points de victoire contre 600 pour Monsieur J., qui jubile et savoure sa revanche après la raclée qu’il avait prise la dernière fois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme la nuit est encore jeune, nous décidons de faire un peu de Gosu. J’avais amené l’extension Kamakor, mais je n’avais pas eu le temps de prendre des protège-cartes en plus. Comme j’ai la flemme d’échanger avec des cartes du jeu de base, nous jouons donc en version de base. Comme d’habitude, Monsieur J. me ridiculise : je suis vraiment mauvais, c’est incroyable! Je perds la première 3 à 2 après avoir remonté d’un 2-0, et sur la deuxième je prends 3-1. La prochaine fois c’est décidé : je biseaute les cartes, j’apprends par coeur ce que font tous les nouveaux gobs de Kamakor, et je triche comme un sagouin pour gagner, il ne me reste plus que ça!!! X-P

Gosu

Gosu

Cette session commence donc vraiment mal : il va s’agir de se rattraper demain sur le scénario 7 de ma campagne, ainsi que sur les autres jeux qui nous attendent!

Soirée jeux d’octobre

Bref post sur la traditionnelle soirée jeux du lundi. Mr. A me rejoint pour faire les courses, puis nous nous rendons chez Mr. N. Nous y retrouvons Mr. L, et pour une fois Mr. N arrive pile à l’heure, ce qui nous évite de jouer les punks à chien sans le chien en éclusant des bières et en parlant fort dans son entrée ;-). Nous ne serons que quatre, Mr. PM s’étant lamentablement débiné, et je ne parle même pas des autres!

Après nous être sustentés et avoir parlé de l’actualité brûlante, nous jouons une partie de Rattus. Je me fais lamentablement plier, c’est une honte! Nous poursuivons par une partie de Roll through the ages en « late bronze age ». Cette fois, j’écrase l’opposition par la grandeur de ma civilisation, c’est beau, je suis fier de moi, les convives me jettent des fleurs et baisent mes pieds augustes (illustration non contractuelle : la joie de ne pas avoir perdu à un de mes jeux, pour une fois, doit me faire perdre la tête).

Comme nous avons beaucoup discuté au lieu de jouer, il est déjà l’heure de se rentrer et de prévoir le doodle pour la prochaine fois.

Dans un tout autre registre, j’ai aussi terminé de peindre mon dreadnought et mon ika pour Dystopian Wars. Dès qu’ils seront vernis, une photo, et je pourrai enfin me mettre à mes pirates de Ron & Bones. Il ne faudra d’ailleurs pas que je traîne, car le fruit de mes craquages récents ne devrait pas tarder non plus (j’ai aussi récupéré ma boîte de Gosu – Kamakor mais je n’ai pas encore épluché les nouvelles cartes).

Rapport de week-end : vendredi-samedi

Ainsi commence le récit de mon micro week-end jeux chez Monsieur J. et Madame C.
Après un excellent dîner, comme toujours, préparé par Madame C., Monsieur J. et moi nous lançons dans notre première partie de Dystopian Wars (on notera que Monsieur J. n’a pas trop d’affinités avec mon crumble à la rhubarbe). C’est l’occasion d’appréhender les règles en situation pour la première fois, et nous décidons donc d’entamer par la mission #1 de la campagne que je suis en train de rédiger (et que nous allons aussi débugger). Nous ajustons immédiatement les positions de départ en fonction de la réalité du terrain, qui demande d’ailleurs un peu d’imagination  car nous n’avons pas eu le temps de préparer de vrais décors et table de jeu : le vieux plateau de subbuteo de Monsieur J. et quelques décors de Warhammer devront faire l’affaire.
Nous jouons en 350pts chacun, ce qui nous donne 3+4 frégates et 3 croiseurs pour les forces du Kingdom of Britannia (KoB) de Monsieur J. comme pour ma flottille de l’Empire of the Blazing Sun (EotBS). Sur une surface de 90 par 110 cm environ, nous allons donc rapidement entrer dans le vif de l’action. On pourra noter que je mets un peu la pression à mon adversaire avec mes navires peints (comme je taquine mesquinement), mais à dire vrai c’est la première fois en peut-être 15 ans que nous jouons avec des figs qui ne sont pas toutes plus ou moins à l’état brut, c’est donc déjà un grand pas en avant (et Monsieur J. se débrouille très bien pour me coller des dérouillées plus souvent qu’à mon tour que ce soit peint ou non)!
Je commence planqué derrière la grosse île, puis entame un mouvement sur les deux flancs en la contournant pendant que mon camarade avance plein centre puis rapproche la moitié de ses frégates. Je prends un léger avantage au début en terme de nettoyage de frégates, que j’amplifie en jouant de manœuvres : c’est le temps de la marine à voile, je passe un croiseur entre ses frégates pour pouvoir lâcher mes bordées des deux côtés. Nous jouons un peu laborieusement, faisant appel aux règles en permanence, et nous ferons d’ailleurs un certain nombre d’erreurs d’interprétation des deux côtés. Nos frégates sont toutes envoyées par le fond, mis à part une qui sera capturée par Monsieur J. qui n’a pas comme moi négligé le chapitre sur l’abordage, capture qui sera déterminante d’ailleurs.
Le massacre continue allégrement jusqu’au sixième tour, où il ne reste plus sur la table que 2 frégates (1 KoB à 1HP restant plus celle capturée par Monsieur J.) et mon dernier croiseur à moitié HP. La frégate capturée est évacuée par le côté KoB, et plutôt que de tenter de capturer la frégate de Monsieur J., j’essaie de la couler et rate lamentablement. J’aurais mieux fait de tenter de la capturer, car au décompte des points je m’aperçois que si nous finissons sur un nul aux règles, Monsieur J. l’emporte de 7.5 pts grâce au bonus de capture! Je suis un peu vert et Monsieur J. exulte : la prochaine mission de la campagne, la #3, lui donnera donc un léger avantage car j’aurai moins de jetons d’avions que lui. Malgré nos erreurs et hésitations, nous ressortons conquis de cette première passe d’armes, le jeu étant nerveux et fluide.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme il n’est pas excessivement tard, nous jouons comme à notre habitude quelques partie de Gosu avant de nous coucher. Comme d’habitude aussi, Monsieur J. m’écrase. Au premier duel je n’arrive pas à lancer mon jeu, tente de poser de gros gobs dont les pouvoirs profiteront finalement à Monsieur J. et me fait plier en vitesse. Sur la deuxième je suis plus confiant car j’arrive à poser assez rapidement un bons tas de gobs qui ne sont pas trop mauvais. Malheureusement, la 2e manche se poursuit pendant 15mn où Monsieur J. joue tout seul, ayant réussi à poser une combinaison qui fait tourner les cartes et lui permet d’aller chercher de quoi me battre. Les manches suivantes sont une formalité, et je vais me coucher sévèrement rossé :-).

Partie de Gosu en cours