Archives de Catégorie: Du moins lourd

Week-end J2S fin 2015

Mis à part ces 2 parties d’Armada, ce fut aussi l’occasion de jouer à de nombreux autre jeux :

Le Trône de fer, où après un départ correct pour une première partie, mon voisin du nord et moi nous sommes mis en échec avant de nous faire raser par notre voisin du sud.
IMG_20151106_214034
Lire la suite

Soirée jeux de septembre et peinture

Grosse loose à la soirée jeux d’hier soir. Sur 5 parties de Timeline avec Messieurs PM, A. et L., 0 victoire : mon inculture crasse refait surface ;-). Nous avons également joué une partie de Cyclades, mais c’était un peu trop attentiste, d’autant plus amplifié que la configuration à 4 enlève un dieu à chaque tour (Poséïdon a manqué les 4 ou 5 premiers tours).

Sur le front de la peinture, j’ai fini mes escorteurs et destroyers EotBS pour Dystopian Wars. Il ne me reste donc plus qu’à finir le dreadnought et l’ika. J’ai aussi commencé la peinture de mes caisses et autres tonneaux pour décorer les futures parties de Ron & Bones (ou autre).

Caisses, tonneaux, coffres et bouteilles - WIP

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après cette courte interruption…

Me voilà de retour de déplacement pro. Pas d’activité peinture et modélisme depuis un moment, donc, mais je ne suis pas revenu les mains vides. Sur un marché j’ai trouvé ces deux petits jeux que je ne m’étais jamais décidé à acheter en France :

Bang!/Wanted & Mr. Jack Pocket, mais en chinois

Je ne saurais garantir que ce sont des originaux, mais ils en avaient vraiment l’air (il y a même la référence du distributeur local au dos du « Bang! ». Bien sûr, malgré des boîtes en anglais et en chinois, à l’intérieur les règles sont en chinois uniquement (pas trop grave), mais aussi les textes des cartes de « Bang! », ce qui m’ennuie un peu plus : à moi la francisation en empruntant une vf à un pote!

Accessoirement, à mon retour je suis aussi passé à la boutique parisienne du Grand destockeur pour compléter un peu d’AT-43 et de Ron & Bones.

 

Travaux en cours et Print’n play

Vue d'ensemble WIP

Je n’ai malheureusement pas eu le temps de finir de peindre ce que je voulais, mais les couches de base ont bien avancé sur mes derniers bâtiments de DW. A mon retour je compte bien finaliser tout ça rapidement pour m’occuper de mes pirates de Ron & Bones sans plus attendre.

A part ça, on peut aussi voir quelques nouveaux accessoires sur la photo. Tout d’abord une troisième main bien utile pour tenir les tentacules et autres petits morceaux de figs  lors de la peinture ou de l’assemblage. On peut voir aussi le plateau de peinture de chez Warlordgames.co.uk. Celui-ci on peut dire que je ne le regrette pas. Pour une somme modique il me permet de laisser plus facilement en plan mon travail en cours sans devoir tout ranger quand j’ai besoin de libérer la place dans mon petit appartement parisien.

Dernières figurines EotBS en cours

Quand je n’avais pas le temps de peindre, je me suis occupé de différent print’n play que j’avais repérés. Tout d’abord la vf de Zombie plague dont j’ai collé les plateaux sur du carton-plume de 1.4mm. Il ne me manque plus que des figurines pour y jouer (et du temps), ce qui sera fait lorsque j’aurais commandé les figs qui me serviront aussi pour Golgo Island.

Zombie Plague

Je me suis également occupé de préparer les cartes, jetons, props et plateaux pour jouer à Ron & Bones. Celuis-ci, j’ai vraiment hâte de m’y mettre, ayant été complètement conquis par les articles du Blogurizine et de Belisarius sur son site.

Ron & Bones

J’ai d’ailleurs sans vergogne exploité un de ses articles pour commencer à préparer un mât pour mon navire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Soirée jeux d’août, dernière.

Dernière soirée jeux du mois hier soir. Nous nous sommes retrouvés chez M.PM, mais nous n’étions que trois avec M.L., ce qui ressemble plus à nos habitudes de présence |-|…
En attendant l’arrivée de M.L, M.PM et moi jouons à deux à Rattus (personnages standard). Pour sa première partie, M.PM me bat, de justesse certes, mais c’est quand même un peu la honte. Heureusement, je rattrape le coup sur la deuxième avec M.L en écrasant mes petits camarades (bien aidé par le pouvoir de Vlad car nous jouions uniquement avec les personnages de l’extension et bonus). Fait assez exceptionnel : les deux parties se sont terminées par manque de cubes de population à poser.
Nous poursuivons par deux parties de Roll through the ages en version Late bronze age. Je gagne la première, mais M.PM nous écrase largement sur la deuxième. Notre conclusion est que même si nous n’avons guère commercé et que les interactions entre joueurs restent limitées, cette version « évoluée » est bien plus agréable à jouer car elle donne le temps d’élaborer une petite stratégie au lieu de finir bien trop vite comme en version normale.
Nous finissons la soirée sur deux parties de Timeline. Je gagne les deux mais c’est un peu un hasard. Il y a tellement de cartes qu’il est difficile de se rappeler de quoi que ce soit d’une partie à l’autre. Ce petit jeu nous amuse toujours autant, et d’ailleurs M.PM en profite pour me l’emprunter, dans l’idée de prosélyter un peu auprès de non-joueurs.
Vivement la prochaine!

Soirée jeux de plateau 08/2011

Mercredi dernier nous nous sommes retrouvés encore une fois chez Monsieur N. pour une soirée jeux. Pour une fois nous sommes nombreux, car au plus fort de la soirée, c’est bien six que nous serons, ce qui n’avait pas dû arriver depuis plus de deux ans.

Bon, évidemment, nous commençons juste à quatre par deux partie de Timeline, ce qui nous donne l’occasion d’entamer l’apéro, Monsieur N., Monsieur L., Monsieur A. et moi. Le jeu s’annonce avec une bonne durée de vie : nous sommes toujours à peu près aussi incultes, pas moyen de se rappeler de quoi que ce soit.

Avec l’arrivée de Monsieur M., nous poursuivons par 2 parties de Casse-toi pov’ con à 5 : c’est bien le bazar autour de la table, et nous pensons tous que celui qui arrête la manche n’est pas assez pénalisé avec -1 dans les sondages. La prochaine fois ce sera -2 en popularité.

Le dernier larron, Monsieur T.,  étant arrivé, nous passons à Cash & guns à 6, avec les rôles spéciaux et un flic dans la mafia. Après un faux départ sur une mauvaise manipulation de la carte téléphone, nous redémarrons et je gagne en tant que flic car les voyous, bien que m’ayant a priori percé à jour, préfèrent se tirer dessus. C’est toujours marrant de retomber en enfance en hurlant « Police! Vous êtes tous en état d’arrestation! », en agitant son flingue en mousse sous le nez des autres guignols.

La soirée se termine sur un 7 wonders à 6. Le jeu tourne bien et la partie était assez équilibrée, les joueurs connaissant mieux le jeu étant voisins.

Vivement la prochaine, et si nous sommes 5-6, je sortirai du lourd.

Rapport de week-end : samedi

Après une nuit presque normale, Madame C. et Mademoiselle J. ayant très gentiment permis aux « guerriers » (SIC) de faire une bonne grasse matinée, nous démarrons la journée tranquillement. Madame C. nous a encore gâtés : nous nous régalons au déjeuner, et je repars avec une recette de tarte thon/moutarde/tomates qui me donne faim rien que d’y repenser.
L’après-midi jeux démarre sur une partie d’Arcane Legions (AL) en 14000 pts qui fait suite à une partie en 21000 pts d’il y a quelques mois (le format standard est de 7000 pts). Comme vous pouvez le voir, nous allons donc poser du monde sur la table (16 unités pour Monsieur J. et 19 pour moi), avec 12 points d’action (PA) par tour et 42 points de victoire à réunir.

Les armées d'Arcane Legions en préparation

Armée Han à la revue

Armée d'Egypte à la revue

Arcane Legions est un jeu que nous trouvons excellent et qui n’a malheureusement pas trouvé son public. Monsieur J. s’est consacré aux Égyptiens et moi aux Hans, mais nous investirons sans doute dans la troisième armée des Romains à l’avenir, avant que l’éditeur ne disparaisse comme nous le craignons, malheureusement.
Pour ceux qui ne le connaissent pas, AL est un jeu de figurines un peu hybride (je ne connais pas l’échelle, mais ce doit être de l’ordre de 15mm). Il est un peu à collectionner car si les unités de base (communes) de fantassins et de cavalerie sont disponibles en boîtes de 40 (soit 4 unités pour 10-15€) non peintes, et les unités spéciales (unco, rares, uniques) sont en boosters pré-peints. Le jeu est donc quasi à collectionner, mais on peut acheter un lot de 8 boosters assurant de posséder toutes les unités de la série en au moins un exemplaire. Je précise que cela n’a rien à voir avec Magic car le prix est très raisonnable à mon avis (avec moins de 50€ vous avez déjà une armée conséquente et pas mal de choix tactiques possibles). Chaque tour est au format « I go You go », mais contrairement à W40K (pour en citer un au hasard), on ne poireaute pas 30mn en attendant que son adversaire joue toutes ses unités. En effet, chaque action coûte des PA, et avec 12 par tour on ne peut pas tout faire, loin de là : attaquer ou bouger avec un grand socle coûte 2PA (1PA pour les petits socles), réorganiser ses figurines sur un socle ou donner un ordre spécial coûte 1PA. On peut donc jouer quelques petites actions ou une attaque concentrée avec quelques unités, mais pas non plus massacrer en toute impunité car la riposte a en général le temps d’arriver.
Je remporte l’initiative et laisse donc Monsieur J. s’installer en premier et jouer un demi-tour gratuit, ce qui m’arrange car il va devoir approcher et mes nombreux archers hans n’attendent que ça. Il avance donc les archers montés de son flanc droit et un pack de fantassins au centre afin de prendre le contrôle des zones de contrôle et s’assurer des points de victoire à chaque tour. Pour ma part je vais avancer mon bloc d’archers au centre pour raser ses fantassins avant qu’ils n’aient le temps de me faire mal, mes fantassins à ma gauche en comptant sur leur nombre pour compenser leur fragilité et un peu de cavalerie sur ma droite pour prendre le contrôle de l’autre zone de contrôle. Va s’ensuivre un massacre de ses fantassins au centre, dont son général, et la contestation de sa zone de contrôle sera fatale à long terme. Mes archers finiront par y passer aussi, mais mon plus grand nombre d’unités me permet d’envisager plus facilement des pertes. A ma gauche, j’arrive à engluer puis éliminer ses archers montés avec mes soldats de terre cuite. Sur la droite, il ne se passe pas grand chose. Sur la fin de partie, Monsieur J. approche ses unités oisives (4000 pts des miennes ne bougeront même pas de ce côté), mais il est déjà trop tard pour renverser la vapeur et la partie s’achève sur une victoire 42 à 31 pour moi.
Je suis content de cette deuxième victoire et nous nous sommes bien amusés tous les deux. Pour être honnête, j’ai sans doute été un peu plus chanceux que Monsieur J., qui était désavantagé par mon placement après lui et qui a pris quelques risques en envoyant ses fantassins en face de mon bloc d’archers dès le début de partie.

Comme il n’est pas trop tard, nous passons ensuite à Conflict of heroes – Orage d’acier. C’est la première fois que nous y jouons et après un rapide relecture des règles de base, nous décidons de jouer les deux premiers scénarios dans l’ordre d’apprentissage (nous jouerons donc sans carte et seulement avec des fantassins). Monsieur J. remporte le jet de dés et décide de jouer les Russes qui sont un peu moins efficaces, mais plus nombreux. Je joue donc les Allemands qui sont en position d’attaquants. La première mission commence bien pour moi, mais chaque perte m’affaiblit terriblement, et je finis rapidement totalement éliminé (aïe). Nous passons au deuxième scénario, et après un placement lamentable de mes renforts au deuxième tour, je me fais encore une fois rapidement rosser dès le troisième tour (ouille).

Un petit slideshow pour Arcane Legions et Conflict of Heroes :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il est l’heure de l’apéro, nous faisons passer le goût des défaites à la Manzana et en nous régalant des bons plats de Madame C. Pour la digestion, Madame C. se joint à nous pour deux parties de Timeline (la première est pour moi, la deuxième pour Madame C.). Nous poursuivons par quatre parties de Casse-toi Pov’ con pour un résultat final d’une victoire pour Madame C. et moi, et de deux pour Monsieur J. On s’amuse bien autour de la table, les moqueries sur les erreurs chronologiques à Timeline sont nombreuses, mais pas autant que les invectives des différents candidats stressés par la foule, de quelque bord qu’ils soient.

Timeline

Fin de partie à Casse-toi Pov' con

Fin de partie à Casse-toi Pov' con

Rapport de week-end : vendredi-samedi

Ainsi commence le récit de mon micro week-end jeux chez Monsieur J. et Madame C.
Après un excellent dîner, comme toujours, préparé par Madame C., Monsieur J. et moi nous lançons dans notre première partie de Dystopian Wars (on notera que Monsieur J. n’a pas trop d’affinités avec mon crumble à la rhubarbe). C’est l’occasion d’appréhender les règles en situation pour la première fois, et nous décidons donc d’entamer par la mission #1 de la campagne que je suis en train de rédiger (et que nous allons aussi débugger). Nous ajustons immédiatement les positions de départ en fonction de la réalité du terrain, qui demande d’ailleurs un peu d’imagination  car nous n’avons pas eu le temps de préparer de vrais décors et table de jeu : le vieux plateau de subbuteo de Monsieur J. et quelques décors de Warhammer devront faire l’affaire.
Nous jouons en 350pts chacun, ce qui nous donne 3+4 frégates et 3 croiseurs pour les forces du Kingdom of Britannia (KoB) de Monsieur J. comme pour ma flottille de l’Empire of the Blazing Sun (EotBS). Sur une surface de 90 par 110 cm environ, nous allons donc rapidement entrer dans le vif de l’action. On pourra noter que je mets un peu la pression à mon adversaire avec mes navires peints (comme je taquine mesquinement), mais à dire vrai c’est la première fois en peut-être 15 ans que nous jouons avec des figs qui ne sont pas toutes plus ou moins à l’état brut, c’est donc déjà un grand pas en avant (et Monsieur J. se débrouille très bien pour me coller des dérouillées plus souvent qu’à mon tour que ce soit peint ou non)!
Je commence planqué derrière la grosse île, puis entame un mouvement sur les deux flancs en la contournant pendant que mon camarade avance plein centre puis rapproche la moitié de ses frégates. Je prends un léger avantage au début en terme de nettoyage de frégates, que j’amplifie en jouant de manœuvres : c’est le temps de la marine à voile, je passe un croiseur entre ses frégates pour pouvoir lâcher mes bordées des deux côtés. Nous jouons un peu laborieusement, faisant appel aux règles en permanence, et nous ferons d’ailleurs un certain nombre d’erreurs d’interprétation des deux côtés. Nos frégates sont toutes envoyées par le fond, mis à part une qui sera capturée par Monsieur J. qui n’a pas comme moi négligé le chapitre sur l’abordage, capture qui sera déterminante d’ailleurs.
Le massacre continue allégrement jusqu’au sixième tour, où il ne reste plus sur la table que 2 frégates (1 KoB à 1HP restant plus celle capturée par Monsieur J.) et mon dernier croiseur à moitié HP. La frégate capturée est évacuée par le côté KoB, et plutôt que de tenter de capturer la frégate de Monsieur J., j’essaie de la couler et rate lamentablement. J’aurais mieux fait de tenter de la capturer, car au décompte des points je m’aperçois que si nous finissons sur un nul aux règles, Monsieur J. l’emporte de 7.5 pts grâce au bonus de capture! Je suis un peu vert et Monsieur J. exulte : la prochaine mission de la campagne, la #3, lui donnera donc un léger avantage car j’aurai moins de jetons d’avions que lui. Malgré nos erreurs et hésitations, nous ressortons conquis de cette première passe d’armes, le jeu étant nerveux et fluide.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme il n’est pas excessivement tard, nous jouons comme à notre habitude quelques partie de Gosu avant de nous coucher. Comme d’habitude aussi, Monsieur J. m’écrase. Au premier duel je n’arrive pas à lancer mon jeu, tente de poser de gros gobs dont les pouvoirs profiteront finalement à Monsieur J. et me fait plier en vitesse. Sur la deuxième je suis plus confiant car j’arrive à poser assez rapidement un bons tas de gobs qui ne sont pas trop mauvais. Malheureusement, la 2e manche se poursuit pendant 15mn où Monsieur J. joue tout seul, ayant réussi à poser une combinaison qui fait tourner les cartes et lui permet d’aller chercher de quoi me battre. Les manches suivantes sont une formalité, et je vais me coucher sévèrement rossé :-).

Partie de Gosu en cours

Soirée jeux de plateau 07/2011

Hier soir était l’occasion d’une petite soirée jeux chez Monsieur N. Suite à la lâche défection de Monsieur PM, prétextant de Noël en juillet et de l’arrivée chez lui de son nouveau joujou bruyant, nous ne fûmes que trois : Monsieur N, Monsieur A, que nous n’avions pas vu en jeu depuis longtemps, et moi.

Après un petit fumble de rendez-vous avec Monsieur A., je récupère un complément de provisions au Monop’, puis file chez Monsieur N. J’ai un quart d’heure de retard, Monsieur N. aussi que je rattrape à 100m de chez lui où patiente déjà Monsieur A.

Nous attaquons la soirée avec quelques parties de « Casse toi pôv’ con! », Monsieur N. réclamant sa découverte, et Monsieur A. étant open dans tous les cas, car ne connaissant aucun des jeux. Je gagne par 2 parties à 1 pour chacun de mes petits camarades. Nous rions bien, la vieille dame riche et le bobo s’attirant beaucoup d’attentions.

Nous enchaînons sur deux parties de « 7 Wonders », comme à presque toutes nos dernières soirées depuis que je l’ai acheté. Je gagne la première haut la main (n’ayons pas peur des mots et des chevilles qui enflent) avec 66 points, Monsieur N. ayant raté sa stratégie commerciale avec 31 points et Monsieur A. s’en tirant honnêtement pour une première partie avec 30 points. Le score est beaucoup plus serré à la deuxième gagnée par Monsieur N. avec 47 points suivi de Monsieur A. avec 45 points et de moi avec 44 points.

L’heure du départ approchant, nous jouons une rapide partie de « Roll through the ages » où je finis bon dernier avec un minable score de 10 points et qui est gagnée par Monsieur N. qui a su construire des bâtiments en pagaille. La prochaine fois il sera temps de passer à la variante de l’âge de bronze tardif, car en version normale les parties sont un peu trop courtes à mon goût.

Nous terminons par un « Timeline » qui entame ou finit toujours agréablement les soirées, puis il est temps de filer vers le métro.

La soirée était très sympa, mais il faut vraiment que nous arrivions à cinq une prochaine fois, histoire de ressortir mon « Dune ».

Récentes emplettes

Les occasions de se retrouver avec les suspects habituels pour quelques parties de jeux de plateau se font rares et sur des horaires souvent assez contraints. J’ai donc auto-justifié l’ajout de quelques petites boîtes supplémentaires à ma ludothèque :

Timeline Découvertes et Timeline Inventions, de Frédéric Henry et illustré par Xavier Colette et Nicolas Fructus chez Hazgaard Éditions:

Du petit jeu rapide et sympa, peu encombrant, facile à caser avec des non joueurs ou en attendant l’arrivée des retardataires.

Bohnanza, d’Uwe Rosenberg chez Gigamic :

Un classique réputé, je n’ai pas eu le temps de faire plus d’une partie raccourcie et à trois, ce qui n’est apparemment pas la configuration optimale.

Casse toi pov’con, de Ludovic Maublanc et illustré par Martin Vidberg chez Cocktail Games :

Parties rapides, illustrations sympathiques et fun autour de la table. Les invectives fusaient entre les candidats et la foule.

San Juan, d’Andreas Seyfarth et illustré par Franz Vohwinkel chez Filosofia :

Jeu de carte dérivé de Puerto Rico. Je n’ai joué qu’à l’adaptation Android pour l’instant (Condado) qui est très sympathique. Le jeu a àmon avis les mêmes travers que son ancêtre : on joue plus en parallèle qu’ensemble.