Mes dernières lectures

Qu’ai-je lu depuis mon dernier article « Lecture« ?
– Total Recall, de Philippe K. Dick chez Folio SF (papier)
Le Baron noir : l’ombre du maître espion, d’Olivier Gechter chez Celephais (epub)
– A few good men, de Sarah A. Hoyt chez Baen Books (epub)
Plongée sur R’lyeh, de Loïc Richard chez Studio Walrus (epub)
– Une nouvelle inédite d’Olivier Gechter
– Guardian of night, de Tony Daniel chez Baen Books (epub)
The Human Division, de John Scalzi chez TOR Books (epub)
Fade to White, de Catherine M. Valente chez Clarke’s world magazine (on-line)

Le recueil Total Recall regroupe plusieurs nouvelles de Dick dont certaines ont fait l’objet d’adaptations cinématographiques. La couverture du recueil surfe d’ailleurs allégrement sur la pub apportée par la dernière adaptation en date, remake du vieux film avec Schwarzie, et ce n’est visiblement pas la première fois car le recueil semble avoir eu plusieurs noms selon les éditions. Je ne m’approfondirai pas sur cette lecture, les nouvelles m’ont paru assez inégales, et d’une manière générale je ne suis pas très convaincu par les écrits de Dick.

Le Baron noir fut une lecture bien plus agréable. J’ai cette fois pu lire la version éditeur du roman, avec sa sympathique couverture. J’avais déjà lu une version quasi terminée il y a quelques mois, et la version finale a bénéficié de juste ce qu’il faut de fignolages pour atteindre un résultat au top. Nous sommes ici devant une novella (grosse nouvelle ou petit roman) Steampunk, premier épisode d’une série qui, je l’espère, sera prolifique. L’action se déroule à Paris dans la deuxième moitié du 19e siècle, dans une uchronie qui se veut rester réaliste. Le premier point de divergence est au 17e siècle, mais le monde qui est dépeint est relativement proche du nôtre, si ce n’est que la vapeur règne en maîtresse, et que l’électricité n’est presque pas développée. Le personnage principal a des airs de Batman à vapeur, et il va devoir défendre la République contre un vil complot.
Courez acheter ce livre, en papier comme en numérique! Il le vaut bien, et son auteur est sympa.
Comme j’ai adopté Olivier Gechter sur www.adopteunauteur.com, j’ai aussi pu lire le brouillon d’une de ses nouvelles, mais je dois garder bouche cousue à ce sujet.

(c) Editions Celephais http://www.celephais-editions.fr

Parmi les romans chez Baen Books issus du bundle qui contenait aussi le dernier Honor Harrington, des découvertes mais rien de transcendant.
A few good men sent le roman SF de base destiné au marché américain, avec des références explicites à la guerre d’indépendance américaine mais dans un futur où après une quasi apocalypse les survivants se sont retrouvés sous la coupe d’îles-nations dirigées par des tyrans (dans le sens ancien du terme). Rien d’exceptionnel, mais si vous lisez l’anglais et que vous cherchez de la SF vaguement gay-friendly (ce qui est somme toute assez rare), vous pouvez le tenter.
Guardian of night sent aussi le roman SF de base visant le marché américain. Ce n’est pas vraiment mauvais non plus, mais c’est du consommable et j’ai un peu pensé à Independance Day à sa lecture. Pour résumer : 90% de population de la Terre a été éliminée suite à une invasion alien qui a été subitement interrompue pour mater une rébellion interne. Les survivants humains ont rebâti, mais les aliens reviennent pour finir le boulot.

Chez Studio Walrus, ma dernière lecture était un Livre dont vous êtes le héros : Plongée sur R’lyeh. Je l’ai trouvé bien écrit, et si vous aimez l’ambiance Weird World War 2, avec des des nazis, de l’occulte et Cthulhu (à la Delta Green), je vous le recommande. Mis à part les nombreuses fois où vous ferez de mauvais choix et passerez l’arme à gauche, il y a plusieurs niveaux de réussite dans les fins possibles. Vous pourrez donc le faire/lire plusieurs fois.

Grâce à Worlds without end, j’ai découvert que plusieurs nominés aux Hugo Awards pouvaient être lus gratuitement. J’ai lu plusieurs nouvelles, mais pour l’instant qu’une seule novella, Fade to white, lisible sur le site de Clarke’s World Magazine. Cette dernière ne m’a pas spécialement plu, mais j’avais bien accroché sur les nouvelles “Immersion” et “Mono no Aware”.

Enfin, j’ai retrouvé avec plaisir le monde d’Old Man’s war avec le début de The human division par John Scalzi. Le roman, qui est une suite chronologique mais avec d’autres personnages, est paru en épisodes depuis février, mais pour l’instant je n’ai lu/écouté que le premier épisode qui était dispo gratuitement par Audible. Je suis convaincu et j’achèterai le volume complet à sa parution en mai. Je pourrais déjà acheter tous les épisodes séparément, mais je préfère avoir tout en un seul bloc. Pour ceux qui n’auraient pas connaissance de la première série de livres, nous sommes dans un futur pas si éloigné où la Terre a essaimé en créant une Union Coloniale. La Terre est restée en retrait, réservoir préservé de troupes et de colons, mais l’Union, elle, s’est étendue dans la galaxie avec une politique impérialiste très belliqueuse, ce qui l’a amenée au conflit avec de nombreuses races extra-terrestres. La sérialisation a été un succès, et John Scalzi a déjà annoncé qu’il avait un contrat pour la suite.

(c) TOR books

Publicités

Publié le 25/04/2013, dans Blabla, Lectures, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :