Print’n play fever

Comme je n’étais pas très motivé pour peindre ces derniers temps, j’ai imprimé et monté pas moins de 6 jeux en Print’n play. Ça tombait bien, j’avais un stock de papier couché et d’étiquettes A4, juste assez de carton plume d’1.4mm et un stock de dés (D6 et vierges).

Grâce à un article régulièrement mis à jour sur RPGGeek / BoardGameGeek, j’avais repéré plusieurs candidats, et c’est donc armé de mes ciseaux et cutter (tronçonneuse et shotgun à portée de main) que je me suis lancé dans la construction de Zombie Enclave.

Ce jeu en solo du créateur de Space Infantry (Lock’n Load Publishing), Gottardo « zak965 » Zancani, consiste à défendre son enclave d’une horde de zombie. Vous pouvez donc constater que le titre reflète déjà bien l’ambiance. Je n’y ai pas encore joué donc je ne m’avancerai pas trop sur les qualités du jeu. A la lecture des règles, cela ne m’a pas paru excessivement complexe, mais ce n’est pas un jeu apéro. Comme vous pouvez le voir sur la photo, le matériel est conséquent, et il faudra prévoir un peu de temps pour le fabriquer comme pour y jouer. Plusieurs objectifs / scénarios sont déjà inclus, ainsi que des règles avancées, on peut donc espérer une rejouabilité correcte, sachant que le créateur proposera sans doute des extensions. J’essaierai de me motiver pour faire une traduction des règles dans quelques temps, si une première partie confirme ma 1ère bonne impression.

Le deuxième jeu construit ce jour-là est d’un style très différent. Planet Masters est un jeu de dés très rapide (à jouer comme à fabriquer) pour 2 à 6 joueurs. Chacun dispose d’un plateau représentant sa faction et d’un dé de planète-mère. Un pool de dés sur la table représente des planètes à conquérir et des armes à développer. On gagne en disposant de 3 planètes ou plus sur leur face ressource ou influence. Vous trouverez les règles et le matériel en VO et en français sur la page du jeu.

Le troisième jeu du jour est Chunky Fighters, un jeu de baston avec des dés. Chaque joueur dispose d’un combattant ou plus constitué de 3 dés (jambes, corps et tête avec des points de vie variables) et d’un dé d’arme. A cela s’ajoutent 3 dés pour les attaques de forces faible, moyenne et forte et 1 D8 pour déterminer la zone du corps touchée. On est là typiquement dans un jeu d’apéro fun et rapide. Il y a de nombreux personnages différents disponibles, dans des thématiques horreur, méd-fan, SF, …, chacun avec des capacités différentes. Pour la fabrication, vous pouvez imprimer et coller les faces des personnages sur des dés vierges, mais si vous n’en avez pas sous la main, des gabarits de dés en carton à monter soi-même sont inclus dans les fichiers.

La quatrième de mes victimes du jour fut Captain Treasure Boots de Cheapass Games. J’en parlais déjà ici, à l’occasion de la diffusion de ma traduction des règles. Si un jeu léger à la thématique pirates vous dit, allez-y, c’est gratuit : merci Cheapass Games! A noter que les jetons sont censés être découpés en hexagones, mais si vous avez la flemme comme moi, ça marchera aussi en bête carrés.

Dernier travail de l’après-midi, Space Marvels 6 Express. Ce jeu pour 2 à 5 joueurs est un hommage à 7 Wonders (Repos Prod), puisqu’il en reprend les mécanismes avec des changements infimes. La thématisation est SF avec des références à de nombreux films, livres et séries. Le matériel est sympathique, et l’usage de symboles sur les plateaux et cartes permet de jouer sans problème avec la traduction française des règles dispo sur BGG.

Pour finir, j’ai également fabriqué le Print’n Play de The Duke lors d’une session ultérieure. Catalyst Game Labs (je parlais d’eux pour l‘année de Shadowrun ici) a financé ce jeu par un Kickstarter fructueux il y a quelques mois, et en attendant la parution très prochaine de la boîte, a mis à disposition le jeu et ses extensions en Print’n Play. Nous sommes ici devant un jeu plutôt abstrait, assez proche des échecs finalement, mais avec une touche de hasard. On cherche ici à capturer le Duc adverse grâce à ses pièces. La subtilité est que si chacun dispose des mêmes pièces, on ne dispose pas des mêmes en même temps car l’une des actions possibles à son tour est de piocher une pièce au hasard dans sa réserve. Une autre action possible est d’activer une de ses pièces pour la déplacer ou lui faire accomplir une de ses actions. Là encore subtilité : une pièce activée est retournée, et les deux faces n’ont pas les mêmes actions/déplacements possibles. Je pense que je ferai également une traduction des règles avant longtemps, quand la motivation sera là.

Publicités

Publié le 05/04/2013, dans Jeux de plateau, Ma ludothèque, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :