Soirées jeux de janvier 2012 : première et deuxième

L’année commence par deux soirées rapprochées. Lundi 9, nous nous retrouvons chez Monsieur A., « là où résident les monstres » comme était écrit sur les cartes anciennes (comprendre extra-muros, en pleine terra incognita, n’est-ce pas? :-)). Enfin, nous nous retrouvons en fort décalage suite à un sérieux problème de transports en commun. Ceci me donne l’occasion de déguster en primeur le succulent plat préparé par Madame A., puis de ravager les entrées avant l’arrivée de Monsieur L. puis de Monsieur N., tout en me faisant massacrer à La guerre des Moutons du (co-)seigneur des lieux puis à Timeline (où le nombre de parties me permet tout de même de sauver l’honneur).
Au vu de l’heure tardive, nous ne nous lançons pas dans une partie de Mare Nostrum, qui aura donc pris l’air pour rien, et préférons dépoussiérer avec plaisir ma boîte de Citadelles. Y rejouer après plusieurs années est agréable, mais ce serait plus sympa à 5 ou 6. Je le ressortirai une prochaine fois, en tâchant de jouer moins mal…
Nous finissons sur une nouvelle partie de Guerre des Moutons, qui se révèle aussi sympathique que dans mon souvenir, et nous change agréablement de mon Carcassonne de voyage que je trouve en effet moins profond (mais plus léger, ce qui les rend complémentaires). Carcassonne n’a cependant pas dit son dernier mot : après un actif lobbying de ma part, Monsieur L. s’est offert la Totale.

Ce lundi, retour en terrain connu : c’est chez Monsieur N. que nous allons pousser du kubenbwa. Enfin, plutôt du meeple animalier, car après des lustres à servir d’attrape-poussière, nous allons enfin étrenner l’Agricola de Monsieur L. J’avoue que je n’en étais pas un ardent défenseur, car malgré son excellente réputation, sa thématique agricole ne me faisait guère frétiller d’impatience (sans doute ma double vie d’ameritrasher qui parle). Enfin, à la lecture de la règle, il est vrai que le jeu avait l’air prometteur (et j’apprécie encore une fois l’effort de lisibilité dans le livret fourni par Ystari).

Comme notre temps est compté et que la soirée est déjà bien entamée après les habituels entrées/apéro, nous passons directement à Agricola. Le jeu se révèle très allemand, avec une mécanique bien huilée, qui me rappelle un peu Puerto Rico et d’autres jeux de placement d’ouvriers. Le thème paraît un peu plaqué, mais il se marie très bien au jeu, et le matériel soigné permet de bien rentrer dans le sujet (après la peste, développez votre lopin de terre). Au final Monsieur L. et moi finissons gagnants ex-æquo. Nous avons mené une politique de natalité agressive dès le départ (moi en particulier), et si Monsieur L. a bien développé l’élevage, j’ai surtout réussi à passer de cabanes en bois à argile puis pierre dans la dernière saison, et limité la casse dans une ferme qui ne produisait pas grand chose à part 2 pauvres légumes et  moutons.

En conclusion, si le thème ne m’excite toujours pas trop, la mécanique est sympathique et plutôt bien rodée, avec beaucoup de choix cornéliens, ainsi qu’un peu d’opportunisme et de filouterie (nous avons quand même souvent tendance à jouer pour pourrir les autres presque plus que pour gagner, et si ce n’est pas trop le genre de ce jeu, il y a des places convoitées que tout le monde se fait un plaisir de griller aux autres :-)).

Vivement la prochaine!

Publicités

Publié le 17/01/2012, dans Blabla, Jeux de plateau, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :