Archives Mensuelles: janvier 2012

Week-end jeux chez Monsieur J. – partie 3

Après la côte à l’os géante et le Saint-Emilion, Monsieur J., Monsieur M., Monsieur L. et moi sommes fin prêts pour nous lancer dans notre  première partie de Civilization dernière version. Nous avions tous joué à de nombreuses versions informatiques ou plateau plus anciennes, donc nous choisissons les peuples plus ou moins au feeling. Monsieur M. prend les russes et moi les chinois pour bourriner, Monsieur J. prend les égyptiens et Monsieur L. les américains pour se développer. Après un résumé des règles, qui sont touffues mais compréhensibles (pour les subtilités, c’est sûr qu’il faudra y jouer plusieurs fois par contre), nous nous lançons doucement.

Monsieur J. et Monsieur M. sont sur mes côtés et posent leurs villes trop rapidement pour moi : je n’ai plus d’endroit où poser ma troisième. Comme Monsieur J. m’a collé un désert sur une de mes cases de villes, et que Monsieur M. est tout aussi militarisé que moi, Monsieur M. et moi décidons de nous allier contre les deux autres pour ne pas nous épuiser et laisser un boulevard à nos deux petits camarades. Monsieur L. et Monsieur J. ne se militarisent pas assez, et surtout trop tard. Malgré leur développement, ils tombent sous le rouleau compresseur « rouge ». La victoire se joue au finish : Monsieur M. n’arrive pas à finir la capitale de Monsieur L. et je joue avant lui pour prendre la capitale de Monsieur J.

La partie se termine sur ma victoire, mais le jeu promet de donner beaucoup lors des prochaines parties. Nous avons en effet tâtonné sur certaines règles, et en jouant mieux la fin de partie aurait sans doute été différente. Nous n’avons également pas développé de sciences de niveau 4, à peine atteint le niveau 2 de culture, et le plus riche ne devait avoir que 4 pièces d’or.

Civilization après quelques tours de jeu

Civilization en fin de partie

Plateau de fin

Il commence à se faire tard et Monsieur L. et Monsieur M. nous quittent car ils ont un peu de route. Monsieur J. et moi, par contre, avons juste quelques mètres pour rejoindre nos lits : nous décidons donc de ranger Civilization, puis de nous lancer dans une partie d’Eclipse à 2!

Week-end jeux chez Monsieur J. – partie 2

Après une courte nuit de sommeil et un succulent déjeuner préparé par Madame C., Monsieur J., fort de sa victoire de la nuit passée, est sur les starting-blocks pour remettre ça. Nous préparons donc la table pour le scénario 7 de ma campagne, un aéronaval de 1200 points pour le KoB de Monsieur J. et de 1000 points d’EotBS + 200 pts de bâtiments défensifs obligatoires (dont un bunker saboté). Notre table est trop petite pour la taille des flottes, donc nous décalons l’installation en profondeur, mais nous sommes quand même un peu serrés. Nous allons donc éviter les tours d’observation et rentrer dans le tas sans attendre.

Je me place en cachant tous mes navires derrière l’île, attendant que mon camarade s’approche pour le canarder (son placement se révélera d’ailleurs bien moins bon que lors du précédent scénario). Après avoir déplacé tous nos petits machins, il faut bien commencer à avancer sérieusement, et à ce jeu mes gunships ont l’avantage. Sur un critique chanceux de torpilles je fais remonter à la surface un de ses sous-marins, que je fais passer à l’état d’épave en suivant avec mes roquettes.

Sur la partie, on retiendra que les bombardiers de Monsieur J. n’auront pas été très convaincants, mais ses rotors et sa floppée de petits avions m’auront donné bien du fil à retordre. Par contre, une fois ses avions lancés, Monsieur J. a du mal à exploiter son porte-avions, qui ne fera pas grand chose de la partie (à part couler). Le dreadnought se révèle très résistant, mais sa capacité offensive (seulement 4 tourelles mais un générateur bouclier et un gardien) est décevante. Les packs de frégates sont de très bons harceleurs, et m’occasionneront des misères tout le long de la partie.

Tout fou de sortir mon calmar géant, je le joue très mal et il se fait d’ailleurs massacrer dès qu’il sort la tête de l’eau. Mes gyros ont plutôt bien tenu le choc, et leur impact psychologique a sans doute même été plus fort que leur efficacité martiale. Mes gunships ont sans doute été les navires du match : pour 15 points de plus qu’un croiseur, ils sont plus flexibles et vraiment bourrins. Dans le genre bourrin, mon dreadnought malgré son manque de bordées se révèle aussi très efficace : il a moins de tourelles que celui du KoB mais elles tapent tellement fort (13D en bande 1, 10D en bande 2) que si elles sont déjà non négligeables  distance, de près elles massacrent l’opposition, même après la perte de quelques points de coque.

La partie s’achève sur le 4ème tour. Nous jouons depuis 4-5 heures et si Monsieur J. dispose encore de quelques forces (et de mon battleship capturé), il est manifeste qu’il ne pourra pas remonter la pente. Il lui reste quelques frégates amochées, ses rotors et un sous-marin qui n’aura rien fait de la partie, mais il me reste mes gunships, mon dreadnought et de quoi aborder mon battleship pour le reprendre. Nous décidons donc d’arrêter d’un commun accord sur une victoire pour moi. Il est en effet temps de ranger, de dîner avec le renfort de Messieurs M. et L., puis de se lancer dans notre première partie de Civilization!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Week-end jeux chez Monsieur J. – partie 1

Encore une fois Monsieur J. et Madame C. ont la gentillesse de m’accueillir chez eux pour une grosse session jeux sur le week-end. Au programme du week-end, du Dystopian Wars pour avancer dans ma campagne perso, du Gosu, du Civilization, de l’Eclipse, du Steam Torpedo, et une guest star surprise…

Après dîner vendredi soir, nous nous lançons directement dans le scénario 5 de ma campagne de Dystopian Wars. C’est un scénario en 600 pts terrestre (et aérien) pour nous permettre de découvrir cet aspect du jeu. Comme j’avais gagné le scénario précédent, je suis censé être avantagé par le scénario mais comme la suite le montrera, il faudra ajuster un peu (on trouve les excuses qu’on peut… ;-)).

Monsieur J. dispose donc de 400 points de forces terrestres et aériennes et de 200 points de bâtiments défensifs du Kingdom of Britannia (KoB), et je dispose de 600 pts d’Empire of the Blazing Sun (EotBS). Premières erreurs de ma part et bon choix de Monsieur J. : je prends mes gyros qui avaient montré une bonne efficacité la dernière fois alors que Monsieur J. pense à prendre des tourelles AA. Ces tourelles sont très résistantes et vont complètement pourrir mon aviation alors que j’aurai du mal à m’en débarrasser (je n’en détruirai d’ailleurs qu’une). Voulant tester mes bombardes, j’en prends un groupe, mais quand on est attaquant, ça ne sert pas à grand chose, et j’aurais bien mieux fait de prendre des tanks en plus pour moins cher!

La partie commence plutôt bien pour moi au premier tour. Je m’avance en causant quelques dégâts, mon heavy walker est plutôt efficace et Monsieur J. a moins de succès. Au deuxième tour, ça commence à tourner à l’aigre : je fais des choix tactiques discutables et les dés ne sont de plus pas trop avec moi. J’endommage le landship de Monsieur J., mais son bouclier gardien me casse vraiment les pieds. De son côté il a un peu plus de succès, mais ça va encore.

Au troisième tour, la cata se rapproche à grande vitesse. Je suis gêné par le champs de mines, mes jets de dés sont minables, et Monsieur J. effectue une percée très efficace de ses petits tanks qui éliminent mes bombardes sans coup férir. Ses chasseurs me causent de gros soucis, et mes forces s’amenuisent.

Au quatrième tour, tout est joué. Je vivote le temps de casser deux-trois bricoles, puis finis de me faire table raser. Énorme dérouillée : je dois marquer 250 points de victoire contre 600 pour Monsieur J., qui jubile et savoure sa revanche après la raclée qu’il avait prise la dernière fois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme la nuit est encore jeune, nous décidons de faire un peu de Gosu. J’avais amené l’extension Kamakor, mais je n’avais pas eu le temps de prendre des protège-cartes en plus. Comme j’ai la flemme d’échanger avec des cartes du jeu de base, nous jouons donc en version de base. Comme d’habitude, Monsieur J. me ridiculise : je suis vraiment mauvais, c’est incroyable! Je perds la première 3 à 2 après avoir remonté d’un 2-0, et sur la deuxième je prends 3-1. La prochaine fois c’est décidé : je biseaute les cartes, j’apprends par coeur ce que font tous les nouveaux gobs de Kamakor, et je triche comme un sagouin pour gagner, il ne me reste plus que ça!!! X-P

Gosu

Gosu

Cette session commence donc vraiment mal : il va s’agir de se rattraper demain sur le scénario 7 de ma campagne, ainsi que sur les autres jeux qui nous attendent!

Expérimentations avec l’oyumaru – 1

Début décembre je m’étais procuré de l’oyumaru, l’instant mold étant trop cher à mon gout pour de l’expérimentation. Après m’être procuré de nouveaux navires, il était donc temps de tester!

Comme on pouvait s’en douter, si les formes simples comme une tourelle de gunship paraissent facilement exploitables, la forme plus complexe d’une fusée ou d’un navire promet des difficultés. Dépouilles et contre-dépouilles se rappellent à mes souvenirs, et si je veux faire des marqueurs d’épaves, je vais être obligé de fabriquer des cadres pour mouler par moitié un peu plus proprement.

Objectif pour la prochaine fois : faire un cadre pour recueillir plusieurs barres d’oyumaru ramollies et essayer les moules avec de la Fimo Air, du green stuff et du grey stuff.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arrivages

Ces derniers temps, mes pulsions m’ont amené à me procurer l’extension R&D pour Steam Torpedo (j’attends également la tuile bonus, si elle ne se perd pas en route), mais aussi un peu de Dystopian Wars. J’ai en effet mis la main sur un blister de gunships pour mes japonais, ainsi que sur un pack de tourelles. Avant de les nettoyer et de les peindre, j’en profiterai pour expérimenter avec l’oyumaru, le grey stuff et la Fimo Air pour faire des moulages. Les tourelles me paraissent de bonnes candidates, mais selon les premiers résultats, je me ferai peut-être des bouts de navire pour faire des épaves en tant que décors ou marqueurs d’objectifs.
Quand mon fournisseur en ligne aura rempli ses stocks, je prendrai également les autres navires pour mes japonais (corvettes et gros volants, voire même carriers terre et mer), ainsi que les décors industriels et aéroportuaires, qui iraient bien sur ma grosse île et sur une autre restant à démarrer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Soirées jeux de janvier 2012 : première et deuxième

L’année commence par deux soirées rapprochées. Lundi 9, nous nous retrouvons chez Monsieur A., « là où résident les monstres » comme était écrit sur les cartes anciennes (comprendre extra-muros, en pleine terra incognita, n’est-ce pas? :-)). Enfin, nous nous retrouvons en fort décalage suite à un sérieux problème de transports en commun. Ceci me donne l’occasion de déguster en primeur le succulent plat préparé par Madame A., puis de ravager les entrées avant l’arrivée de Monsieur L. puis de Monsieur N., tout en me faisant massacrer à La guerre des Moutons du (co-)seigneur des lieux puis à Timeline (où le nombre de parties me permet tout de même de sauver l’honneur).
Au vu de l’heure tardive, nous ne nous lançons pas dans une partie de Mare Nostrum, qui aura donc pris l’air pour rien, et préférons dépoussiérer avec plaisir ma boîte de Citadelles. Y rejouer après plusieurs années est agréable, mais ce serait plus sympa à 5 ou 6. Je le ressortirai une prochaine fois, en tâchant de jouer moins mal…
Nous finissons sur une nouvelle partie de Guerre des Moutons, qui se révèle aussi sympathique que dans mon souvenir, et nous change agréablement de mon Carcassonne de voyage que je trouve en effet moins profond (mais plus léger, ce qui les rend complémentaires). Carcassonne n’a cependant pas dit son dernier mot : après un actif lobbying de ma part, Monsieur L. s’est offert la Totale.

Ce lundi, retour en terrain connu : c’est chez Monsieur N. que nous allons pousser du kubenbwa. Enfin, plutôt du meeple animalier, car après des lustres à servir d’attrape-poussière, nous allons enfin étrenner l’Agricola de Monsieur L. J’avoue que je n’en étais pas un ardent défenseur, car malgré son excellente réputation, sa thématique agricole ne me faisait guère frétiller d’impatience (sans doute ma double vie d’ameritrasher qui parle). Enfin, à la lecture de la règle, il est vrai que le jeu avait l’air prometteur (et j’apprécie encore une fois l’effort de lisibilité dans le livret fourni par Ystari).

Comme notre temps est compté et que la soirée est déjà bien entamée après les habituels entrées/apéro, nous passons directement à Agricola. Le jeu se révèle très allemand, avec une mécanique bien huilée, qui me rappelle un peu Puerto Rico et d’autres jeux de placement d’ouvriers. Le thème paraît un peu plaqué, mais il se marie très bien au jeu, et le matériel soigné permet de bien rentrer dans le sujet (après la peste, développez votre lopin de terre). Au final Monsieur L. et moi finissons gagnants ex-æquo. Nous avons mené une politique de natalité agressive dès le départ (moi en particulier), et si Monsieur L. a bien développé l’élevage, j’ai surtout réussi à passer de cabanes en bois à argile puis pierre dans la dernière saison, et limité la casse dans une ferme qui ne produisait pas grand chose à part 2 pauvres légumes et  moutons.

En conclusion, si le thème ne m’excite toujours pas trop, la mécanique est sympathique et plutôt bien rodée, avec beaucoup de choix cornéliens, ainsi qu’un peu d’opportunisme et de filouterie (nous avons quand même souvent tendance à jouer pour pourrir les autres presque plus que pour gagner, et si ce n’est pas trop le genre de ce jeu, il y a des places convoitées que tout le monde se fait un plaisir de griller aux autres :-)).

Vivement la prochaine!

Journée figurines et jeux 2012 à Sartrouville

Lors de mon dernier passage dans la boutique parisienne du grand destockeur pour mon « fix » de Dystopian Wars (ils recevaient les figs de décembre), l’un des vendeurs m’a donné un flyer pour les Journées Figurines et Jeux 2012 qui auront lieu à Sartrouville les 4 et 5 février prochains en me disant qu’il y aurait notamment du DW au menu.

En flânant sur leur site, j’ai donc découvert qu’un certains nombres de membres très actifs de la communauté y seraient pour des démos (dont Belisarius & co, je cite). Les exposants sont aussi intéressants, je me ferais bien une idée de visu de certains décors qui m’attiraient mais que j’hésitais à acheter d’après des photos de produits peints (notamment chez Gauthey Miniatures). Du coup je suis bien tenté de négocier avec Madame d’y passer au moins une journée :-).

J’ai aussi découvert plusieurs sites intéressants, notamment celui de l’association GTFKrou que je n’ai pas encore eu le temps de parcourir de fond en comble mais qui propose de nombreux liens, illustrations,… très sympas et qui prépare un JdP dont ils feront la présentation : Krysalis. Pour le fun, voici une des vidéos dont ils donnaient le lien, et qui m’a convaincu qu’ils ne pouvaient qu’être super cools.

Traduction des MàJ de règles pour Dystopian Wars – suite

Finalement, j’ai été pris d’une frénésie de traduction, donc voilà la feuille de référence et la MàJ des MARs.

MaJ_feuille_de_reference_12-2011_v1.0

MaJ_des_MARs_Dystopian_Wars_12-2011_v1.0

(fichiers originaux copyright Spartan Games).

Si vous avez des commentaires ou suggestions sur cette traduction, vous savez toujours où me trouver…

Traduction des MàJ de règles pour Dystopian Wars

J’ai fait une traduction rapide de certaines des mises à jour de règles fournies par Spartan Games le mois dernier (comprendre : je n’ai pas fait d’efforts de style et j’ai traduit à la volée sans trop optimiser le vocabulaire).

Voici le premier lot (MàJ du livre de règles, petits volants et mise en place), et j’ajouterai la feuille de référence dans la semaine. Pour l’update des MARs, je verrai si je n’ai pas trop la flemme.

MaJ_du_livre_de_regles_Dystopian_Wars_12-2011_v1.0 (fichier original copyright Spartan Games).

Si vous avez des commentaires ou suggestions sur cette traduction, vous savez où me trouver…